Les risques

Comme pour toute chirurgie, l’augmentation mammaire comporte des risques.
Complications et risques

Bien que rares, le chirurgien doit vous avertir des complications et risques possibles avant de procéder à l’augmentation mammaire.

Complications liées à l’anesthésie

Le fait d’avoir recours à un anesthésiste parfaitement compétent fait que les risques encourus sont devenus presque négligeables. Il faut savoir, en effet, que les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces vingt dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée chez une personne en bonne santé.

Les thrombophlébites et embolies pulmonaires. Du à l’immobilisme durant l’anesthésie, des caillots sont susceptibles de se former dans les veines des mollets. Il s’agit alors d’une thrombophlébite. Si ce caillot se décolle, il peut suivre la circulation sanguine jusqu’aux poumons et causer alors une Embolie Pulmonaire. C’est une condition très sérieuse potentiellement fatale mais heureusement extrêmement rare. Le risque est estimé à 0,001%. Pour réduire encore plus ce risque nous utilisons des bas à compression séquentielle. Ils ont pour fonction de masser les mollets durant l’anesthésie afin de faire circuler le sang dans vos jambes et ainsi diminuer les risques qu’il coagule.

Complications propres à l’augmentation mammaire

Infection : nécessite un traitement antibiotique et parfois un drainage chirurgical pouvant même aller jusqu’au retrait de l’implant.

Hématome ou hémorragie post opératoire : Peut nécessiter une réoperation afin d’évacuer le sang et contrôler le saignement.

Perte ou diminution de la sensibilité des mamelons : temporaire mais peut parfois être permanente.

Cicatrices disgracieuses hypertrophiques ou chéloïdes, d’apparition et d’évolution imprévisibles, qui peuvent compromettre l’aspect esthétique du résultat et requièrent des traitements locaux spécifiques et souvent longs.

Formation de plis ou aspect de « vagues » : Des plis de l’enveloppe de la prothèse peuvent être visibles sous la peau , donnant alors un aspect de  » vagues  » notamment dans les parties externe et inférieure du sein. Ce phénomène est plus fréquent lorsque la prothèse est remplie d’eau saline et chez les patientes très minces. Ils sont moins fréquents avec les implants à base de gel cohésif.

Contracture capsulaire et coque fibreuse : La formation d’une capsule fibreuse autour d’un implant est normale. C’est une cicatrice interne autour de la prothèse afin de l’isoler et de se protéger. Dans certains cas, cette cicatrice interne s’épaissit, se rétracte et forme une véritable coque fibreuse autour de l’implant. Il s’agit de la contracture capsulaire. On distingue quatre stades de fermeté qui vont de l’aspect normal, indétectable, aux formes sévères de coques avec sein dur, rond, fixé et parfois douloureux. La fréquence de cette complication ne peut pas être globalement estimée puisqu’elle varie en fonction du type de prothèses et de la technique opératoire. Cette complication est plus fréquente en cas de prothèse remplie de gel de silicone. La coque n’augmente pas le risque de rupture mais expose à une complication d’ordre esthétique. Une intervention chirurgicale peut corriger cette contracture par section de la capsule (capsulotomie).

Rupture et dégonflement et siliconomes : survient à la suite d’un bris de l’enveloppe de la prothèse. Peut arriver suite à un traumatisme violent, à un défaut de fabrication, ou par phénomène d’usure). Une prothèse saline subit alors un dégonflement partiel ou total, rapide ou lent. S’il s’agit d’une prothèse au gel de silicone, le gel reste la plupart du temps dans l’enveloppe fibreuse qui entoure l’implant (fuite intra capsulaire). La fuite n’a alors aucune traduction clinique. Cependant, ce suintement intracapsulaire peut favoriser l’apparition d’une capsule fibreuse. Beaucoup plus rarement, en cas de brèche importante en relation avec un traumatisme violent ou une ponction à l’aiguille, le gel peut s’échapper au-delà de l’enveloppe fibreuse (rupture extra capsulaire). En petite quantité, il peut provoquer l’apparition d’un granulome à corps étranger sous forme de nodule (siliconome). En cas de rupture extra-capsulaire importante (traumatisme), le gel diffuse dans les tissus avoisinants et des réactions inflammatoires peuvent survenir : le retrait de l’implant est alors nécessaire. Le gel cohésif étant moins liquide que son prédécesseur, nous pensons que le risque de siliconomes est encore plus rare qu’autrefois.

Asymétrie : Toutes les mesures sont prises pour que les 2 seins soient le plus identique possible. Cependant il se peut que des différences surviennent. De minimes différences naturelles ne nécessitent généralement pas de traitements. Le cas échéant une retouche peut s’avérer nécessaire.

Interférence avec les mammographies : La prothèse étant derrière la glande mammaire, la surveillance par l’auto examen est simple. La présence de l’implant peut cependant modifier la capacité des rayons X à dépister le cancer du sein. Les patientes porteuses d’un implant mammaire doivent le préciser au radiologue qui pourra utiliser des méthodes spécifiques et adaptées.

Extrusion d’implant : Il s’agit d’une complication très rare. La plaie ne guérit pas, ouvre et l’implant est exposé. Dans un tel cas il faut généralement le retirer. Les fumeuses et les patientes qui désirent une augmentation trop importante sont plus à risque.

Galactorrhée : ou montée de lait temporaire.

Réoperations: quasi certaines peuvent car aucun implants n’est bon à vie et doit être changé éventuellement. Aussi certaines patientes (1 à2 %) peuvent également nécessiter des retouches d’ordre ésthetiques

Mammographies: les patientes porteuses d’implants nécessitent plus de prise de vues lorsqu’elles passent des mammographies. La fréquence des mammographies et les indications sont cependant identiques aux patientes qui n’ont pas d’implants

Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir réduire au minimun ces complications, ou les traiter efficacement le cas échéant.

Voici donc les informations que nous pouvons aujourd’hui scientifiquement et loyalement vous apporter dans le domaine de la chirurgie de l’augmentation mammaire par prothèses. Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas.

Des questions?

Vous désirez en savoir plus concernant l’augmentation mammaire…

Info COVID 19

En raison de la pandémie actuelle, toutes les chirurgies prevues d'ici le mois de Mai sont reportées.

Nous tenterons répondre à vos questions le plus rapidement possible en nous écrivant à: 

questions@montrealchirurgieplastique.ca

Prenez grand soin de vous et restez en santé.